Interview de Jean-Baptiste Piemontesi

Président de la Fédération suisse de rink-hockey

·     Quelle est la situation du rink-hockey en Suisse ?

Avec l'arrivée de joueurs étrangers, la qualité du championnat suisse a augmenté de manière conséquente, favorisant le côté spectaculaire de notre sport et l'attrait de nos compétitions nationales. La FSRH a laissé toute liberté aux clubs quant au recrutement des joueurs étrangers (qui dans leur très grande majorité sont amateurs). Sur le court terme, nous espérons pouvoir corriger les effets négatifs de cette mesure (moins de joueurs suisses au plus haut niveau) par une modification de notre mode de championnat. Sur le long terme, nous avons l'espoir que ces joueurs étrangers seront également engagés dans la formation des jeunes joueurs, ce qui contribuera à renforcer notre sport.

·     Qu’attendez-vous de l’organisation du Championnat d’Europe U20 à Pully ?

- Offrir de très bonnes conditions aux équipes participantes, tant du point de vue sportif que de l'accueil 

- Promouvoir le rink-hockey en suisse romande, principalement à Pully et dans la région lausannoise

- Favoriser l'éclosion d'une belle génération de jeunes joueurs suisses U20

 

·     Ancien gardien de niveau international, quel est votre meilleur souvenir de rink-hockey ?

Oh il y en a beaucoup :

- Tous les instants passés avec mes coéquipiers de cette magnifique équipe du MHC qui a glané tant de titres dans les années 80, sous la houlette de Jean-Paul Genoud ;

- Evidemment mon aventure dans le championnat italien avec Novare, qui à l'époque faisait partie des 5 meilleures équipes européennes. Ces moments passés dans notre fief de Novare en présence de 6000 spectateurs, la communion avec le public, les frissons en entrant sur la piste. Rien qu'à y repenser je les ai de nouveau :)

- Les matches de la coupe des Nations, dans l'ancien Pavillon des sports, avec notre premier entraîneur Marcel Monney

- Les rencontres internationales, Championnat d'Europe et du monde avec l'équipe suisse. L'hymne suisse quand tu es au milieu de la piste, c'est quelque chose de particulier.

- Et finalement, le parcours de l'équipe suisse au championnat du monde à Montreux, les deux matches gagnés au "golden goal" contre le Portugal et l'Argentine,  ce sont des instants magiques, en dehors du temps et de l'entendement.

 

·        Pourquoi le rink-hockey est-il le plus beau sport du monde ?

Spectaculaire, rapide, technique c'est le plus beau sport.... parce que c'est le nôtre...

Lucca Reymond sera probablement le 3ème gardien inscrit par la SUISSE au CE U20

 

Le sélectionneur Pedro Antunes a décidé de faire appel à un deuxième joueur du Pully RHC pour la compétition. En effet, le réserviste Josua Klöti ne pourra pas faire le déplacement à Pully en cas de blessure d'un des deux gardiens, Nicola Tommasi et Marc Blöchlinger.

C'est donc Lucca Reymond qui prend la place de troisième gardien dans la sélection helvétique. Il rejoint son coéquipier en club Louis Duflon, joueur de champ réserviste. Ce changement n'inquiète pas Pedro Antunes : "Lucca Reymond est un excellent gardien et je lui fais entièrement confiance."

Pour rappel, la compétition aura lieu dans la salle de gymnastique du collège Arnold-Raymon à Pully. La Suisse nourrit de belles ambitions et cherche à atteindre les demi-finales. Plus de 3'000 spectateurs sont attendus du 24 au 29 octobre prochains.

Pedro Antunes, sélectionneur de l'équipe de Suisse, et la coordination presse de Pully2016

Interview de M. Pierre-André Dupertuis

Président du comité d’organisation de Pully 2016

Pado

 - Pour quelle raison avez-vous décidé d'organiser ce championnat d'Europe U20 à Pully ?

 Sans doute parce qu’on est un peu fous. Plus sérieusement parce que le rink-hockey mérite qu’on lui consacre un événement de niveau européen. C’est un sport génial qui doit être mieux connu. Ce championnat d’Europe, c’est un travail de promotion grandeur nature. Ensuite, cela fait 17 ans, depuis la Finale de la Coupe suisse 1999, que les rink-hockeyeurs pulliérans n’avaient plus rien organisé d’exceptionnel. On voulait voir si on n’était pas trop rouillés.

 - A un mois du début de la compétition, comment se passent les préparatifs ?

 Aussi bien que possible. Il y a une masse de travail à assurer et les 14 membres du comité d’organisation ne sont pas de trop pour tout gérer. Actuellement, on organise le travail des bénévoles – on en cherche encore ! -, les transports, la communication, etc. ça fait 2 ans qu’on travaille sur ce projet. L’adrénaline monte chaque jour un peu plus.

 - Trois mots pour promouvoir ce championnat d'Europe à Pully ?

 Tonique, convivial, européen !

Pages